Pedagogix

19 janvier 2019

Toc, toc, toc.....

C'est bien connu : le professeur est non seulement un détenteur de savoirs mais également une personne disponible, à l'écoute de son public. C'est pourquoi, vous pouvez à tout moment le solisiciter pour une consultation pédagogique. Durant ce RDV, il répondra à la moindre de vos questions, vous aidera à solutionner un quelconque problème ou contourner une difficulté. Une telle démarche fera ou non partie intégrante de votre suivi. En échange des conseils qui vous seront prodigués, vous n'aurez pas grand chose à débourser. Avec un simple billet de 10€, le professionnel sera rémunéré. Vous l'aurez peut être deviné : c'est le tarif horaire que je viens de vous indiquer.

Prenons l'exemple d'un suivi individuel en langue anglaise. En complément de vos séances, vous souhaiteriez peut être lire un livre ou réaliser divers exercices. En fonction de vos besoins et de vootre profil, l'enseignant pourra vous orienter vers le ou les ouvrages les plus appropriés. Il pourra également vous renseigner sur leur qualité. Ces ouvrages sont ils complets, bien conçus, représentatifs de votre parcours? Que vont ils réellement vous apporter? Comment devriez vous les utiliser? De très nombreux produits sont disponibles sur le marché. Mieux vaut réfléchir avant de foncer tête baissée!

Si vous intégrez un groupe de langue, vous serez en compagnie d'autres élèves, étudiants ou apprenants. Vous ne bénéficierez pas de toute  l'attention de votte enseignant. A la longue, vous pourriez vous sentir perdus. Ses petits tuyaux seraient alors les bienvenus. A votre demande et en fonction de ses disponibilités, il tâchera de vous rencontrer. Dans son bureau ou sa salle de cours, vous serez convoqués. Il fera tout son possible pour vous dépanner. Votre processus d'apprentissage sera alors relancé. Pourquoi ne pas lui demander quelques trucs et astuces pour mémoriser du vocabulaire ou être certains d'assimiler des règles de grammaire?

Dans tous les cas, à travers toute la France, mes collègues et moi-même sommes à votre entière disposition. C'est pour nous un plaisir de vous recevoir. N'hésitez donc pas à venir nous voir!

téléphone

 

 


12 janvier 2019

Abracadabra!

Votre professeur de langues vous a sans doute conseillé de ne mémoriser que les termes les plus courants. Pour être autonomes à l'étranger, cela vous suffit amplement. Si vous rangez ces mots dans une valise bien fermée, toutes vos idées pourront être exprimées : des plus évidentes aux plus recherchées. Elles le seront grâce aux outils que je vais vous proposer. Par  le mot outil, je veux désigner les stratégies de contournement. Sans plus attendre, commençons par le commencement!

Pour vous exprimer oralement, vous avez souvent la terrible impression de lutter. Il est peut être question de degré. Si je pense à un objet minsucule, je peux dire qu'il est très, très petit. Je le sais : vous aurez compris!

Peut être pouvez vous regrouper lers termes apartenant à une même famille. Eh non, ce n'est pas interdit! Un crapaud est un bébé grenouille, un chapitre est une partie du livre. Alors, vous arrivez à suivre?

Pour transmettre un message snas trop de galères, il faut penser à son contraire. Il faut également priviliégier les négations. Avec quelques exemples, ce sera bon. Une personne égoiste ne pense pas aux autres. Ce qui est sale n'est pas propre et ce qui est éphémère ne dure pas. Voilà, c'est aussi simple que ça!

Parlons maintenant de registre. Si vous mélangez langue courante, soutenue et familière, vous vous exprimerez facilement. N'oublions pas que les mioches ou gamins ne sont autres que des enfants!

Ne négligez pas non plus les simples descriptions ou explications. Sachez faire bon usage de la localisation. Un tabouret est une chaise snas dossier, sur laquelle on ne peut pas s'appuyer. La choucroute est un plat typique alsacien. Dans l'est de la France, on le connaît bien. Enfin, les exemples concrets sont les bienvenus. Sans eux, vous seriez colmplétement perdus!

Oui, mes collègues et moi mêmes formons de véritables magiciens. Ils apprennent les bases et réalisent quelques petits tours pour aller plus loin. Pour exprimer leurs idées, ils trouvent leurs mots et leurs solutions. Une chose est sûre : vous pouvez le faire, vous êtes tous bons!

 

magicien

17 décembre 2018

Wahou!

Il est tout à fait logique que les membres d'un atelier d'écriture, de peinture ou de dessin se considèrent comme des artistes en herbe. Cependant, ce statut ne leur est en aucun cas strictement réservé. D'autres élèves , étudiants ou apprenants peuvent le revendiquer grâce aux pédagogies créatives. En effet, leurs enseignants peuvent leur donner l'oportunité de créer une oeuvre d'art. Bien qu'éphémère, celle-ci leur appartient. Tout le mérite leur revient.

Personnellement, je permets à mes adhérents de raconter de belles histoires ou de produire des courts métrrages. En tant que professeur de langues, j'ai l'obligation de travailler avec eux le récit. Ce dernier constitue l'une des quatre interventions orales qu'il leur faut distinguer. Ainsi, en choisissant au hasard divers éléments (objet, couleur, nombre, animal......) ou en observant des images compilées sur une seule et même diapositive, ils bâtissent ensemble une trame.

Si je décide d'intégrer cette activité dans une séance ayant pour thème la lecture, alors je me réfère aux romans fantastiques en leur demandant de préparer un breuvage. Si nous traitons du cinéma, cette même activité sera tout simplement présentée comme un film. Dans les deux cas, les adhérents s'écoutent, s'entraident ou se complètent en laissant libre cours à leur imagination. Pour ma part, je les incite à pousser leur réflexion en restant cohérents.

Pourquoi ne pas me retrouver pour à votre tour vous lancer? J'en suis sûre : vous pouvez y arriver!

 

peinture

11 novembre 2018

Prête moi ta plume....

L'exercice de rédaction peut être obligatoire ou facultatif. Selon moi, il a plusieurs visées potentielles. Les apprenants peuvent élaborer des documents de la vie courante et donc se plonger dans diverses situations quotidiennes. Ce faisant, ils produisent des écrits structurés et apprennent à se projeter. Il peut s'agir de lettres, messages ou encore rapports. J'appelle cela des travaux de création. Dans mon sac, jai rangé deux autres options.

Les apprenants peuvent rédiger pour lâcher prise, se laisser aller. L'eneignante que je suis jette des mots au vent. On en fait ce qu'on veut, on prend du bon temps. S'il s'agit du mot tradition, on peut par exemple  parler d'une fête populaire ou d'un rituel étranger. Ce sont mes idées mais tout le monde peut en trouver! Je vous fais confiance, vous n'avez qu'à chercher :)

Enfin, l'écriture peut aider à pousser une réflexion, voire même polémiquer. Vous avez de nombreux arguments, pourquoi ne pas les exposer? Pour ce faire,  venez répondre à mes questions. Je peux vous en poser des dizaines, cetaines ou milions! Pourquoi ne pas me dire ce que vous pensez d'internet ou bien me raconter les jolis souvenirs que vous avez en tête?

Comme vous pouvez le constater, les exercices réalisés en expression écrite sont très variés. Voulez vous vous y atteler? Si oui, passez la porte de l'UCP ou suivez mes cours particuliers.......

 

expression écrite

Oups....

Lorsqu’ils décident d’étudier une quelconque discipline, nombreux sont ceux et celles d’entre vous qui craignent ou refusent catégoriquement de se tromper. Peut-être ces gens se sentent-ils jugés ou rabaissés. Les erreurs devraient plutôt être considérées comme des occasions de se tester pour mieux assimiler. Vous ne me croyez sans doute pas. Donnez moi quelques lignes pour m’expliquer.

Les erreurs sont très fréquentes. Si vous n’en commettez que très peu, vous pouvez être fiers de votre parcours. Sachez tout de même qu’elles vous rattraperont toujours. Si vous n’en commettez pas ou très peu, vous êtes bien chanceux. Peut-être une fée s’est elle penchée sur votre berceau ? Peut être n’êtes vous pas vraiment humain mais un être bien plus malin?

L’erreur est formatrice, elle fait partie intégrante de votre apprentissage et ponctuent votre travail. Après vous être trompés, vous êtes en quelque sorte tombés mais pouvez toujours vous relever. Pour éviter de chuter, vous vous penchez à nouveau sur des règles, des mots pour mieux les considérer. Les piqûres de rappel viennent tout naturellement s’imposer.

Certaines erreurs peuvent même vous marquer. A divers exercices ou activités, vous allez inconsciemment les associer. Ainsi, à coup sûr, vous vous en souviendrez. A la longue, les erreurs cesseront de se répéter !

Les erreurs sont on ne peut plus légitimes. Vous n’avez pas forcément d’échéance à respecter ni d’examen à passer. De plus, vous pouvez très bien être distraits ou fatigués. Dans ce cas, il ne faut surtout pas culpabiliser. Le moment venu, votre chance, vous pourrez la retenter ! C’est à votre rythme que vous progresserez !

De plus, à moins de vous acharner, vous n’êtes et ne serez jamais des spécialistes. Vous n’êtes pas non plus systématiquement novices. Les erreurs ne peuvent pas forcément être évitées. C’est pourquoi, au lieu de les limiter, il faut comprendre leur origine pour ne pas les reproduire. Je vous jure, je ne dis pas ça pour de rire !

En vous corrigeant ou reprenant, votre enseignant ou formateur peut tout simplement vous renseigner. Enfin, de petite taille, certaines erreurs peuvent être camouflées. Sur votre parcours, elles ne vont sans doute pas influer. De ce fait, on peut volontairement les laisser passer.

Souvenez vous : l’important n’est pas d’être parfait mais de savoir se concentrer pour être sûr de tout donner. Ce qui compte, c’est de se débrouiller, voire de se démarquer ou se dépasser. Il ne faut pas chercher à exceller. Ainsi, il n’y a rien à regretter !

 

erreur


06 novembre 2018

Plait-il ?

Après vous avoir parlé de la compréhension écrite et de l'expression orale, j'aborde logiquement la compréhension orale. Cette compétence pose souvent problème aux apprenants qui cherchent à comprendre le moindre mot, collecter la moindre information, directe ou indirecte. Il est pourtant impossible de se fixer un quelconque objectif. Il est uniquement question de s'entraîner, de familiariser son oreille avec divers accents, contenus et débits de parole.

Les gens sont si différnts qu'il ne peut en être autrement! Un son ou une syllabe peuvent parfois suffir à trancher mais......pourquooi faire simple quand on peut faire compliqué? Pour donner à leurs publics l'occasion de s'entraîner, mes collègues et moi même nous basons sur un certain nombre de documents. Il peut s'agir d'enregistrements sonores, de courtes vidéos, de films ou de web séries. S'il vous prend l'envie de visionner un film dans sa version originale, vous devrirez commencer par le sous titrer dans la langue en question. Vous regarderez par exemple une série policière britannique sous titrée en anglais. Ainsi, bien que sécurisé, votre cerveau évitera un travail de bascule souvent très fatigant. Un jour, le temps et la pratique auront fait leur oeuvre. Vous verrez : ces fameux sous-tires, tout naturellement, vous vous en passerez.

Quelque soit le document choisi, il doit être exploité. Comment? C'est aux enseignants d'en décider. Il peut être question de discrimination phonétique, auquel cas les apprenants devront repérer et identifier des termers issus du langage courant. S'il est question de décrire un logement, je peux repérer ses différentes pièces ou encore des ustensiles. Si l'apprenant souhaite obtenir une quelconque certification, ce même exercice de discrimination peut le pousser à diffrencier les accents nationaux, régionaux ou communautaires. Plus facile à dire qu'à faire!

Les synthèses, questionnaires ou phrases lacunaires peuvent également être proposés. Le degré de compréhension du document support peut varier. Celle-ci sera plus ou moins détaillée. Dans le cas d'une synthèse, les apprenants se retrouvent devant des tiroirs fictifs, tous grand ouverts. Dans ces tiroirs thématiques, ils tentent de ranger diverses informations. Si un locuteur présente sa ville, on pourra par exemple avoir l'histoire, le tourisme, l'industrie.....

Je peux comprendre que ces exercices vous paraissent laborieux mais croyez moi, cela vaut la peine de jouer le jeu. Pour ma part, je parle souvent de pêche plus ou moins fructueuse ou de la ceuillette de champignons. Les vôtres seront ils comestibles ou non ? Si vous ne vous lancez pas, vous ne le saurez pas! Faites donc le premier pas!

 

Compréhension orale

 

 

 

30 octobre 2018

Enchantée!

Lorqu'ils font votre connaissance, vos enseignants ou formateurs ont l'intention de vous cerner. Ils le font dans le seul et unique but de vous aider, vous permettre de progresser et davancer vers le ou les objectifs fixés. Ils cernent vos mativations mais aussi et surtout votre profil. Ils feront tout leur possible pour s'adapter à votre personalité. Ils peuvent vous trouver créatifs, expansifs, plus ou moins sensibles ou pragmatiques. Je ne peux lister tous les traits de caractère. Pardonnez mes oublis involontaires.

Ils comprendront votre nature, autonome ou dépendante. Dans le premier cas de figure, ils prendront en compte votre besoin d'être guidés, poussés, accompagnés. Dans le cas contraire, ils noteront vos sens de l'initiative et de l'adaptation relativement développés. Pour eux, il ne sera jamais question de vous rabaisser. Le travail ne sera jamais mâché. Vos productions ou résultats seront tout simplements optimisés.

Selon les objectifs visés et la méthode adoptée, vous serez putôt investis ou engagés. Dans le premier cas, c'est à votre domicile que vous travaillerez. Différents exercices devront être réalisés, des règles assimilées ou appliquées. Votre enseignant concevra pour vous des supports, polycopiés...... Dans le cas contraire, vous arriverez en cours avec l'intention de tout donner. C'est au fil des tentatives que vous progresserez. Vous tomberez et vous relèverez. Sur vos camarades, vous pourrez vous appuyer mais une fois la séance terminée, plus rien ne sera exigé.

Dans l'un des profils suivants, peut être pouvez vous vous reconnaître? Si oui, tant mieux. Si ce n'est pas le cas, patientez un peu! Il est vraiment important de savoir comment procéder, de comprendre comment voius fonctionnez. Avec le temps, vos points forts, vous les découvrirez et prendrez plaisir à les cultiver. Votre aventure pédagogique, c'est à fond que vous la vivrez. Pourquoi hésiter?

 

                                                                            

 

 

 

21 octobre 2018

Attrappe!

Sur votre chemin, des obstacles peuvent être dressés. Par eux, vous pensez être déstabilises. Vous doutez de pouvoir les franchir. En lisant cet article, vous comprendrez qu’ils peuvent servir. Ils peuvent vous remotiver. Grâce à eux, votre progression peut être correctement mesurée. Tout le chemin parcouru, vous pouvez le visualiser.

Avec cet exemple, je compte bien vous le prouver. Imaginez une conversation que vous aimeriez lancer, à laquelle vous voudriez participer. Vous souhaiteriez prendre la parole mais vous êtes tétanisés. Il vous semble impossible de surmonter votre peur du jugement. Au fond de vous, la pression ne cesse de monter. Vous sentez les larmes qui s’apprêtent à couler. La situation vous paraît bel et bien bloquée.

Les connaissances, vous les avez. Vos idées, vous pouvez les exprimer. Pour vous le montrer, votre enseignant va vous guider. En cours particulier, il se munira d’un ballon qu’il va vous lancer. Tout en parlant, vous chercherez à l’attraper. A votre tour, vous le lancerez. Phrase après phrase, dans l’échange, vous avancerez. Par le ballon, le contenu de vos pensées sera matérialisé.

Avec le temps, ce ballon, vous l’imaginerez. Il vous redonnera confiance et assurance. Vous serez alors décomplexés, votre potentiel pourra être exploité. Croyez le ou non : vous en avez ! Pour ma part, je suis professeur d’anglais, handicapée. Si j’utilise un ballon, je risque de tomber. Je le remplace donc par un morceau de corde que je tends droit devant moi. L’apprenant s’empare d’une extrémité, tout comme moi. Pour me rejoindre, il avance, pas à pas. Pour faire baisser la pression, il y a toujours des solutions !

Les obstacles ne sont pas seulement encombrants. Ils sont surtout très puissants !

 

ballon

20 octobre 2018

A vos marques....

Vos enseignants ou formateurs peuvent parfois avoir l’impression de vous coacher. Vous ne participez à aucune compétition mais subissez malgré vous certaines pressions. Tout cela n'est pas toujours bon. En décidant de vous suivre, ils remplissent plusieurs missions.

Si vous passez un examen ou une quelconque certification, vous devrez être clairement rodés. Pour vous, le format des épreuves ne doit avoir aucun secret. Ces épreuves, avec vous, vos enseignants vont les décortiquer. Le jour J, vous n’aurez qu’une envie : tout donner !

Si vos enseignants s’arrêtent ici, leur mission ne sera pas complétée. Avec leur aide, vous devez pouvoir vous démarquer. Si vous y parvenez, des points bonus seront engrangés, votre réussite assurée. Il n’y a qu’une seule condition : être motivé et concentré !

Vous devrez composer avec diverses contraintes, comme par exemple le temps imparti. Votre enseignant vous montrera comment appliquer ses astuces, faire preuve de stratégie. Ainsi, le chronomètre ne sera plus votre ennemi !

Bien que très consciencieux, les professionnels de l'enseignement ne recherchent pas forcément la performance. Pour vous voir progresser, ils n’ont pas forcément besoin d’échéances. Au fond d’eux, ils souhaitent simplement vous donner votre chance. Ils souhaitent vous voir donner le meilleur de vous mêmes, éviter les problèmes. Si vous en rencontrez, ils vous aideront à les gérer. Plus encore : certains visent à identifier et valoriser vos points forts.

Ils ne veulent surtout pas vous mettre en situation d’inconfort. Au contraire, avec eux, vous devez à tout moment vous épanouir. Même en milieu scolaire, il est possible de prendre du plaisir. Vous devrez sans doute vous organiser et bien sûr accepter de travailler. C’est au prix de beaux efforts que vous triompherez. Oui, je vous jure, ceux-ci finissent toujours par payer !

Avant de s’engager, les deux parties doivent bien sûr se rencontrer Ensemble, ils vont échanger, des conditions vont être posées, une méthode adoptée. Après quelques séances d’essai, le courant sera peut être passé. Si ce n’est pas le cas, vous pourrez bien sûr vous rétracter. Quoi qu’il en soit, inutile de trop vite vous braquer !

Vous avez bel et bien le droit de progresser, peut être même cartonner sans oublier de vous éclater. Dans tous les cas, vos résultats seront optimisés. Votre potentel ne sera jamais gâché.Il est clair qu'il faut l'exploiter.  Pourquoi donc vous priver ?

 

lapins sportifs

18 octobre 2018

Ouistiti!

Tôt ou tard, élèves ou apprenants sont confrontés à des difficultés. Ils ne savent pas vraiment comment les surmonter ni même les contourner. Ils ne savent plus quoi faire ni comment s’exprimer, prennent peut à l’idée d’être jugés ou de se ridiculiser. Pour tenter de les aider, je vais parler des images, au sens propre et figuré.

Le mot image regroupe à lui seul une multitude de documents : dessins, peintures, photographies…… En réalité, rien est vraiment interdit. Les images permettent de matérialiser une idée, une envie ou un ressenti. Pour l’enseignant, elles constituent un précieux outil.

Au sens propre, elles suscitent bien des réactions. En les découvrant, les apprenants peuvent rire, crier, s’interroger. Quoi qu’ils fassent, on va bien sûr le remarquer. Ces réactions seront forcément exploitées, explicitées. Grâce à elles, des conversations pourront être lancées. De simples descriptions peuvent également tout déclencher. Si l’image est bien choisie, des portes peuvent s’ouvrir. Sur les propos des apprenants, on peut facilement rebondir. En parlant de ce qu’ils voient, les apprenant conversent déjà !

Oui, les images peuvent stimuler. Insérées dans un discours, elles peuvent aussi remobiliser. Grâce à elles, l’apprentissage est grandement facilité, bien mieux appréhendé.Les apprenants se trouvent alors dans un tout autre état d’esprit. D’un coup, d’un seul, c’est reparti !

L’exemple suivant va sans doute vous éclairer. Avant de parler, vous êtes souvent tétanisés. Pour vous, la situation semble bloquée. Pour exprimer vos idées, vous avez le sentiment de lutter. Celles-ci peuvent vous parâtre trop précises ou compliquées, impossible à exposer. Inutile de vous parler des sujets de société !

Si votre professeur décide de vous considérer comme ses employés et vous propose de l’aider à construire un monde meilleur, peut être aurez vous moins peur ? Si dans un village fictif, elle décide de vous inviter, les habitants vous remettront-ils en confiance ? Je n’ai pas la réponse à cette question mais vous aurez certainement hâte de faire leur connaissance !

Tout cela, à l’UCP ou avec mes particuliers, je le fais. Je ne suis sûrement pas la seule, c’est vrai. J’utilise non seulement des concepts plus ou moins réels mais aussi des planches thématiques qui vous permettent entre autres de partir en vacances, évoquer vos proches ou vos loisirs réguliers. Pourquoi ne pas se lancer ?

 

Photographe